Articles de presse - Cap-nature
 

Site de Carpe vadrouille


A consulter !

Faire de la pêche son métier ( Est- Républicain du 4 mai 2012, en Région)

Thierry Celka (à gauche) et Fabrice Denoyé à proximité de l’étang du Tronc du Chêne à Crévéchamps.

Nancy. « La pêche de loisir fait clairement partie des activités qui ont vocation à enrichir les nouvelles offres touristiques, notamment dans le tourisme durable, un secteur à fort potentiel de développement », a affirmé récemment, Alain Rousset, président de l’association des Régions de France. Et de cela, Thierry Celka, guide professionnel en activité, en Lorraine, en est parfaitement convaincu.

Le gérant de Cap Nature qui exerce la profession d’éducateur parallèlement à son autre casquette, celle de traqueur de courbine au Maroc, ou de silure sur la Moselle, possédant trois spécialisations (carpe, anglaise et carnassiers), enseigne aussi les subtilités de la pêche à la mouche. Ses prestations sont destinées aux adultes et aux enfants en respectant les contraintes qu’imposent Dame Nature.

Il organise des sorties pour découvrir le coregone à Pierre-Percée, l’ombre à la mouche, le sandre au mort manié ou au leurre souple. Il conseille sur l’utilisation et le choix des cannes et du matériel en fonction de la technique souhaitée, de l’initiation ou du perfectionnement afin d’optimiser l’approche du poste de pêche en fonction du biotope, de la ripisylve et de la lecture de l’eau.

La spécialisation, la maîtrise des techniques dans toutes les conditions, la confection de montages et d’appâts, le choix de leurres font partie des techniques enseignées par ce partisan du « no kill », qui accueille en ce moment sur le site de Crévechamps (54), Fabrice Denoyé. Ce dernier est stagiaire-animateur et guide moniteur de pêche à la Maison Nationale de l’Eau et de la Pêche d’Ornans, dans le Doubs, ville traversée par la Loue, haut lieu de la pêche à la mouche, qui prépare cette formation.

SPÉCIALISTE DE LA PÊCHE DES CARNASSIERS

« Diplôme en poche, il pourra encadrer, animer, assister, enseigner, accompagner, guider contre rémunération lors d’activités halieutiques. Sur 63 candidats, seulement la moitié seront diplômés et seulement 3 % exercera une activité, soit saisonnière, soit annuelle sur le plan national », résume Thierry Celka.

« Autant dire que Fabrice, qui est au demeurant une pointure, un authentique spécialiste de la pêche des carnassiers et notamment de l’aspe – ce nouveau venu – doit s’accrocher. La barre est haute mais ce métier-passion est tellement enrichissant professionnellement parlant, bien entendu ».

Les deux hommes partagent la même motivation, donner du plaisir au client, et confirment que l’important c’est d’amener celui-ci vers une autonomie.

« On ne fait pas la pêche à la place du client, on n’essaie pas non plus de l’épater. S’il ne peut réitérer seul les occasions de prises qu’il s’est créé en étant guidé, nous avons quelque part loupé notre prestation ». Thierry Celka a toute confiance dans le potentiel de Fabrice Denoyé.

Il n’y a pas que la pêche. Son approche est toute aussi importante et on verra bien au bout des huit mois de formation si son BP JEPS de niveau 4 en poche, la Lorraine compte un guide de plus.